Voulez vous vraiment être heureux ?

 

Habitués à endurer la douleur,

pensant que souffrir « est notre lot à tous »,

recherchant la souffrance pour expier, ou mériter quelque chose…

 

C’EST ASSEZ  ! Il est vraiment temps de s’autoriser à être heureux !!!

 

Pourquoi ça ne change pas ?

Les gens préfèrent souvent être dans l’évitement plutôt que de se regarder en face pour … faire des nouveaux choix qui les rendront plus heureux.

Ce sont les trois petits singes (ici j'ai préféré une photo de grenouilles :) qui illustrent le mieux cette notion. 

Les petits singes préfèrent vivre les yeux fermés, oreilles bouchées et bouches closes, plutôt que de reconnaître et oser dire :

« Je souffre de ceci, de cela…

ou « J’entend des choses qui ne me conviennent pas, qui me blessent »

alors ils préfèrent fermer les yeux et …oublier… (Enfin, ils mettent tout sous le tapis, continuent de subir… jusqu’à ce que leur souffrance explose).

 

Ou bien, ils pensent à autre chose, ou se distraient avec un grand tourbillon de travail, ou une addiction quelconque.

Intérieurement, c’est une forme de replie sur soi-même, même si cela est dissimulé aux yeux du monde, cela n’empêche pas la souffrance qui peut devenir de pire en pire. (Maux de ventre, maux de tête, augmentation de la pression sanguine, crise d’angoisse, dépression… ou autres malaises physique. Le corps lui, n’ignore pas ce qui se passe).

 

Oser le changement

 

Pourtant, dès que l’on fait le choix du bonheur :  Être vraiment soi-même, vivant, léger, bien dans son corps, heureux, la vie nous demande d’ouvrir les yeux, mettre de la conscience sur nos blessures, nos souffrances.

Dès que nous verrons plus clair, dès que nous reconnaîtrons les souffrances, nous pourrons prendre des décisions, faire de nouveaux choix de vie.

 

C’est l’heure du grand changement !

 

A ceux ont peur du changement, qui pensent que ce sera pire après, (Je sais ce que j’ai, je ne sais pas ce que je vais avoir… ) ils n’ont qu’à observer et ressentir attentivement leur souffrances pour voir que le « pire », est déjà là : C’est déjà la douleur en cet instant dans leur ventre, dans leur corps.

Le changement fait peur, mais il offre aussi beaucoup de possibilités d’épanouissement, de réalisation de soi, et de découverte. Il nous sort des tristes répétitions. Il nous sort de l’engloutissement.

 

Allons ! Ouvrons les yeux, et regardons ce qui fait mal !

Puis autorisons nous à dire, à parler, à vider notre sac, à être écouté, entendu, reconnus à quelqu’un d’accueillant, quelqu’un de confiance.

Ensuite il s’agira de poser des actions, douces, mesurées pour que l’amour puisse à nouveau s’installer dans la vie.

 

L’évitement n’évite rien, il ne fait que reculer le moment d’une décision ; la vie, qui est parfois fort sympathique (même si elle peut être bien cruelle aussi) nous envoie toujours un ange, ou un diablotin qui va provoquer le changement, la rupture, le départ, le renouveau, la surprise…

Rien ne dure jamais éternellement, - c’est gênant dans un sens- mais c’est aussi pratique pour les choses désagréables. 

La vie nous aide à devenir nous même, à reconnaître notre nature. A nous respecter et nous faire respecter… Elle nous envoie tous les éléments pour que nous apprenions à nous regarder en face, et à ouvrir la conscience à ce que nous sommes.

 

Vivre n’est ce pas avant tout c’est découvrir qui l’on est ? 

ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire
être libre :)

Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion